DSC_2789_edited.jpg
Oriental graphic element

Tashi Chözong

Le château bienveillant

73103816_763134034160084_160045159499694

Lama Dudül Dorje ne savait pas, au milieu des années 80 que son voyage au Ladakh ferait naître un profond changement dans sa vie. Pourtant, c’est en allant retrouver un ami Lama, rencontré en Inde, (qui traduisait un grand maître dans sa tournée européenne) qu'il allait rencontrer son futur.

Togdan Rinpoche vînt transmettre une initiation chez lui, pour une douzaine de « copains » qu'il avait motivé à venir. Cet être reconnu comme une réincarnation d’un très grand Lama adulé par des milliers de personnes au Ladakh, vint donc s’asseoir sur son canapé, un trône adapté aux circonstances.
L’aventure inconnue commença d’une façon si simple qu'il ne comprit pas ce qui lui arrivait un an plus tard lorsqu'il le reçu durant un mois entier où il donna une vingtaine d’initiations et d’enseignements.

 

À la fin, lorsque Togdan Rinpoche lui proposa de fonder une association, et d’en être le président, il ne pût que balbutier qu'il n'était pas bouddhiste. Sa réponse fût un rire franc suivi d’un : « Votre est esprit est bouddhiste depuis longtemps ».

C’est à ce moment qu'il décida d’ouvrir son second centre en pleine nature en Seine-et-Marne, grâce à cette belle rencontre avec Jean Louis et Dominique qui lui permirent d’acquérir une de leur partie du corps de ferme de Toussacq. Rinpoche baptisa le nouveau centre en lui donnant le nom de « Tashi Chözong », traduit tel que le château bienveillant. Cet espace magique qu'il allait construire avec ses amis, ses élèves et sympathisants bouddhistes devint ce coin de paradis.

Certes il est difficile de créer un paradis dans ce monde tumultueux, instable et anxiogène. Ce fût et c’est encore davantage une stimulation supplémentaire de poursuivre cette construction, ce sas de décompression pour chacun de nous, bouddhistes ou simplement humains.

D’enseignant pour acteur, Lama Düdul Dorje se transforma - avec les années d’apprentissage, les invitations de grands Lamas, les voyages initiatiques en Inde, au Népal, au Tibet - en enseignant bouddhiste. Dix ans plus tard en 2000, il voulu mettre de côté ce rôle qui lui prenait trop de temps sur ses activités professionnelles. Il rejoignit alors Togdan Rinpoche à Munich pour l’informer de sa décision qu’il balaya d’un sourire en lui tendant une lettre qui officialisait son titre de Lama. Il n'avait plus qu’à pleurer, rire et continuer son action et chemin spirituel.

__________________________

L’eau est omniprésente par la Seine qui jonche le Domaine.

La petite chapelle témoigne de l’environnement spirituel qui était, déjà, présent.

Les animaux défilent dans l’espace : cygnes, faisans colorés, hérons cendrés, écureuils bondissants pour venir saluer les animaux résidents cheval, âne, oies sauvages, de Guinée et de Toulouse, poules et canards bavards… Et surtout nos paons de couleur.

Tous les êtres sensibles demeurent dans l’espace afin de cohabiter, se comprendre, s’enrichir, s’émerveiller.

C’est cet espace de paix et d’harmonie qui est offert aux êtres pour boire à la fontaine de la joie, cette joie que nous pouvons, même au milieu de l’enfer, construire pour le bonheur de chacun.

Tashi Chözong.jpg
20190818_163607.jpg

« Tashi Chözong », nom officiel donné au centre par Togdan Rinpoche

Oriental graphic element

La Lignée

Drikung Kagyu

5112757.663fff9b.500.jpg

Drikung Kagyu est l’une des huit lignées dites « mineures » de la tradition Kagyüpa du bouddhisme tibétain. Les lignées « mineures » font référence à celles fondées par les disciples de Phagmodrupa (1110-1170), l'un des trois disciples principaux de Gampopa - lui-même disciple de Milarépa. Parmi les huit lignées mineures, seuls les Taglung Kagyu, Drukpa Kagyu et Drikung Kagyu existent encore aujourd'hui, au XXIe siècle, comme lignées indépendantes.

Son fondateur, Kyobpa Jigten Sumgön (Drikung Jigten Sumgön Rinchen Pal, 1143-1217), originaire du Kham (Tibet), érigea, en 1179, le monastère de Drikung Thil, le premier centre monastique de Drikung Kagyu - et aussi le principal - à 120 km au nord-est de Lhassa, dans la vallée du Shorong. Il fut détruit plusieurs fois lors de conflits. La lignée Drikung tire son appellation de la région du même nom.

À la mort de Gyalwang Konchog Rinchen, les représentants de la lignée Drikung se mirent en quête des deux nouvelles réincarnations. Les recherches finirent par aboutir, offrant désormais l'accession au trône au Chetsang (frère aîné, réincarnation de Gyalwang Konchog Rinchen) et au Chungtsang (frère cadet, réincarnation de Kunkhyen Rigzin Chödrak), tous deux portant le titre de Drikung Kyabgon.

 

Chetsang & Chutsang.jpg
drikung_kagyu_logo.png

Sa Sainteté Drikung Chetsang Rinpoche

Né en 1946 dans la famille Tsarong à Lhassa au Tibet, Drikung Chetsang Rinpoche (ou Drikung Kyabgön Chetsang) est le 37ème et actuel détenteur du trône de la Lignée Drikung Kagyu du bouddhisme tibétain, et réside à l'heure actuelle au Drikung Kagyu Institue à Dehradun en Inde.

Il est reconnu comme la 7ème réincarnation de Chetsang Rinpoche, une manifestation de Avalokisteshvara (Tchenrézig, le Bouddha de la compassion).

Il dirige actuellement la Lignée Drikung Kagyu en Inde, et son frère cadet Chutsang Rinpoche au Tibet.

71492193_2246955415564237_68513947561450
Garchen_Rinpoche-0da674c9.jpg

Son Éminence Garchen Triptrul Rinpoche

Garchen Rinpoche est un Lama de la Lignée Drikung Kagyu qui fut connu au XIIIème siècle sous le nom de Siddha Gar Chodingpa, un très proche disciple de Kyobpa Jigten Sumgön, le fondateur de la Lignée Drikung Kagyu.

Dans l'Inde ancienne, il s'était incarné en la personne de Mahasiddha Aryadeva, le disciple né-du-lotus du grand maître Nagarjuna. Au VIIe siècle, il fut connu sous le nom de Lonpo Gar, le ministre du Roi du Dharma tibétain, Songtsen Gampo.

 

Son émanation actuelle apparut en 1936, à Nangchen, dans le Kham, au Tibet oriental. Il fut reconnu et intronisé par l'ancien Drikung Kyabgön, le 6ème Chetsang, Könchog Tenzin Shiwe Lodrö (1886-1943).

Togdan Rinpoche, le Head Lama du Ladakh

Togdan Rinpoche est né en 1938 dans une famille de Durbuk, un petit village situé à une centaine de kilomètres de Leh (Ladakh). Il est actuellement reconnu comme un Choje (Maître du Dharma), et est le chef spirituel de la Lignée Drikung Kagyu au Ladakh.

Le précédent Drikung Chetsang Rinpoche, Shiwe Lodro (1886-1943) le reconnut comme la réincarnation de Togdan Rinpoche. En 1943, il fut intronisé en tant que Choje Togdan Rinpoché au monastère de Sharchukhul, l'un des trois principaux monastères de la Lignée Drikung au Ladakh.

Rinpoche baptisa le centre de Seine-et-Marne
« Tashi Chözong », puis, en 2000, à Munich, il transmit son titre de Lama à Lama Düdul Dorje.

Togdan_Rinpoche_in_2014.jpg

Merci pour votre inscription !